Il y a quelques années, Google lançait la désormais célèbre mise à jour du Panda, qui allait révolutionner à tout jamais la publication de contenu sur Internet.  À l’origine, la mission du Panda fut de punir les sites au contenu de basse qualité. Parmi les sites qui ont particulièrement goûté à cette mise à jour, on pense évidemment à Demand Media, dont le modèle d’affaires à l’époque consistait à créer du contenu bas de gamme exploitant les recherches de type longue traîne.

Trois ans après le lancement du Panda, il apparaît que le problème s’est simplement déplacé d’une plateforme à une autre. En effet, si les créateurs de contenus sont maintenant plus prudents vis-à-vis les stratégies déployées sous Google, on assiste présentement à une véritable explosion du contenu de qualité douteuse créé sur mesure pour la communauté Facebook : Buzzfeed.com, UpWorthy, Viral Nova, Bored Panda ne sont que quelques-unes des innombrables fermes de contenus viraux qui tentent d’exploiter l’algorithme de Facebook comme celui de Google en 2011.

Dans cet article, nous analyserons le problème auquel Facebook fait présentement face, à un point tel où on peut s’attendre à un éventuel « Panda version 2.0 ».

Le fantastique pouvoir de Facebook pour générer du trafic

Nul besoin d’être un utilisateur accro à Facebook pour remarquer que le fil de nouvelles est maintenant de plus en plus occupé par des articles de type sensationnaliste, avec un titre aussi surfait qu’intrigant, dont l’unique objectif est de susciter la curiosité afin de générer le clic.

Quelques exemples :

facebool viral 1

Ou encore :

facebool viral 2

On appelle ce genre d’articles des « clickbait », soit des articles dont le titre fait une promotion excessive du contenu de l’article.

Bien sûr, ces articles n’apparaissent pas par magie dans un fil d’actualités : ils ont été partagés vos contacts, ce qui élimine par le fait même toute manipulation. Les articles sont partagés par les utilisateurs de leur plein gré.

Par contre, tout comme 2011 lorsque certains SEO optimisaient leurs articles pour exploiter les failles de Google, les articles des fermes de contenus viraux viennent à leur tour profiter des largesses de Facebook avec ce contenu de type « clickbait ». En effet, l’algorithme de Facebook vise par défaut à donner le maximum de visibilité aux contenus que les utilisateurs consultent et partagent à l’intérieur des murs de la communauté. Plus un article est cliqué, plus il sera promu avantageusement dans l’algorithme de Facebook. C’est la définition même du contenu viral.

Cependant, là où le bât blesse, ces articles dits « viraux » sont principalement optimisés pour générer à tout prix le clic du visiteur, ce qui signifie la publication d’un titre qui dépasse très souvent les attentes.

L’optimisation des articles pour le « clickbait » est rapidement devenue une science, et certains sites ont développé leurs propres formules très rentables.

Voici quelques-uns des sites de contenus viraux qui jouissent présentement d’une manne de trafic généré par Facebook :

Buzzfeed.com : 160 millions de visiteurs uniques en Mars 2014, 33% en provenance de Facebook :

facebool viral 3 - buzzfeed

TheBlaze.com : 29 millions de visiteurs en mars 2014, 25% proviennent de Facebook

facebool viral 4 - theblaze

Twentytwowords.com : 810,000 visiteurs uniques par mois, 46,6% proviennent de Facebook.

facebool viral 5 - twenty

viralnova.com : 6 millions de visiteurs uniques  par mois, 48% en provenance de Facebook

facebool viral 6 - viralnova

Ce qui est particulier avec ViralNova.com, est que ce site n’existe que depuis mai 2013, et atteint déjà le cap des 6 millions de visiteurs par mois. On parle ici d’une croissance ultra-phénoménale, qui est générée à 50% par Facebook. Dans une entrevue sur BusinessInsider.com il y a quelque mois, le propriétaire avouait réaliser un chiffre d’affaires de 8 millions US avec son site, tout en étant l’unique employé. Pas mal, non ?

Le succès UpWorthy.com

Cependant, aussi impressionnantes que soient les statistiques de ces différents sites, aucun n’éprouve autant de succès que UpWorthy.com, du moins au niveau des articles partagés.

En effet, UpWorthy.com génère mensuellement un trafic de 80 millions de visiteurs uniques par mois, ce qui est bien loin des 160 millions de visiteurs de Buzzfeed.com.  Par contre, le site reçoit la palme du plus grand nombre d’articles partagés sur Facebook, comme le témoigne ce graphique :

facebool viral 3 - upworthy

Cette charte a beaucoup fait jaser en ligne, alors que de nombreux professionnels du monde des nouveaux et anciens médias ont décidé de s’unir pour une rare fois afin de décrier le succès de ce site qui repose en grande partie sur le contenu de type « clickbait ».

facebool viral 3 - upworthy -2

Tout de même, la performance de UpWorthy.com est impressionnante,  et on sent un certain malaise en consultant leurs articles les plus partagés durant les derniers mois,  par exemple :

  • « 5 Minutes Of What The Media Actually Does To Women » : 1,250,800 partages sur Facebook.
  • « A 4-Year-Old Girl Asked A Lesbian If She’s A Boy. She Responded The Awesomest Way … » : 1,076,000 partages Facebook.
  • « Watch A Teenager Bring His Class To Tears Just By Saying A Few Words » : 970,000 partages Facebook.

Avec des titres comme cela, on est au cœur même du phénomène « clickbait ».

Lorsqu’interrogé sur son succès, le propriétaire de UpWorthy.com s’insurge contre ceux qui accusent son site de produire du contenu artificiel. Selon lui, le contenu reçoit un fort nombre de partages à cause que ses lecteurs en apprécient le contenu. De plus, les titres sont soigneusement testés et optimisés, de façon à générer le maximum de clics tout en répondant aux attentes des utilisateurs.

D’ailleurs, ces commentaires viennent résumer en quelques lignes le problème auquel font face les ingénieurs de l’algorithme de Facebook. Aussi surfaits soient les titres, si les articles sont autant partagés par les utilisateurs, cela doit être puisque quelque part le contenu les intéresse. Alors peut-on réellement dire que ce contenu n’a pas sa place ?

Après tout, personne ne force les utilisateurs à partager ces articles à leurs contacts. Facebook pourrait-il ainsi punir les mêmes sites qui génèrent autant d’interactions sur sa communauté ?

En conclusion

Il sera intéressant de voir comment Facebook gérera cette délicate situation au niveau de la surprésence des articles « clickbait » prenant de plus en plus d’espace dans le fil de nouvelles. D’ailleurs, une récente mise à jour de Facebook aurait fait perdre à UpWorthy plus de 25% de son trafic, selon BusinessInsider.com.

Si j’étais l’auteur d’un de ces sites, je ne m’attendrais pas à un succès éternel. Facebook n’a pas caché sa priorité de purifier son algorithme afin de mettre l’accent sur les contenus de qualités et touchant l’actualité. Si tel est le cas, on pourrait ainsi bientôt voir un cousin éloigné du Panda de Google faire son entrée dans la plus grande communauté 2.0 du web.

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...