Le SEO est une industrie qui est continuellement en mouvement, reposant sur un écosystème pouvant être bouleversé à tout moment par une nouvelle fonctionnalité ou mise à jour. L’année 2013 fut certainement fidèle à cette affirmation, alors que le monde du SEO a assurément connu son lot de rebondissements durant les 12 derniers mois.

Certes, nous avons été relativement épargnés par les mises à jour du Panda et Pingouin, qui avaient fait des dommages considérables lors des deux dernières années. Les spécialistes SEO ont cependant dû composer avec un lot de mises à jour de Google, dont l’une d’entre elles changera à tout jamais la façon dont nous organisons nos stratégies SEO. Ajoutons à cela la disparition des mots-clés naturels ainsi que de nombreux avertissements contradictoires de Google sur ce que vous devez faire pour éprouver du succès en ligne, et on comprend pourquoi de nombreux spécialises SEO terminent l’année avec un joli mal de bloc.

Comme je l’avais fait l’année dernière, ce billet sera consacré à 6 nouvelles qui ont, à mon sens, le plus marqué l’actualité SEO en 2013.

Les nouvelles seront classées en ordre croissant, selon leur niveau d’importance. Vous devrez donc lire l’article en entier pour connaître les nouvelles ayant eu le plus d’impact (- :

#6 – Les entreprises de taille ayant subi les foudres de Google

Qu’est-ce que Mozilla, BBC, Interflora, Digg et Sprint ont en commun? Elles appartiennent tous à un club tristement sélect d’entreprises connues ayant subi les foudres publiquement de Google en 2013, pour diverses infractions qui ont souvent eu de soulever la controverse sur les pratiques de Google.

Dans le cas d’Interflora, l’entreprise britannique s’est fait taper sur les doigts par Google pour avoir participé à un stratagème reposant sur l’achat de liens entrants à travers les publireportages. Si cette tactique est déconseillée depuis plusieurs années, la surprise vient plutôt du fait que Google s’est fait surprendre à employer la même stratégie à l’origine de la punition d’Interflora, dans ce cas-ci pour promouvoir son propre fureteur Chrome.  On assiste donc à un cas très visible de deux poids, deux mesures.

Pour ce qui concerne la vénérable BBC, celle-ci a reçu un avertissement de Google lui indiquant que des liens entrants de qualité douteuse pointe vers son site, et que la BBC devrait tenter de les désavouer pour ne pas ainsi nuire à son positionnement. Le hic, c’est que la BBC compte un profil de 163 millions de liens entrants (!), et sans savoir précisément les liens fautifs en question, autant chercher une aiguille dans une botte de foin. Certains y ont vu ici une preuve que le SEO négatif existe bel et bien : pointer des liens de basse qualité vers un site, et celui-ci devrait recevoir une alerte indiquant que son profil est sous surveillance.

Ce qu’on retient pour 2014

Ces cas très médiatisés ont en quelque sorte supprimé la notion dont les grandes entreprises bénéficiaient d’un certain passe-droit en ligne. On en retient également que Google a probablement profité de ces situations pour afficher leur puissance de frappe, et rappeler aux gestionnaires de sites web de toutes tailles de garder leurs stratégies à l’œil.

Articles sur le sujet :

#5 – Mise à jour de l’outil de mots-clés de Google

Pour la plupart d’entre nous, l’outil de recherche de mots-clés de Google était un outil de prédilection, utile pour rapidement analyser le potentiel de trafic d’un mot-clé ainsi que son niveau de concurrence. Cela explique pourquoi un bon nombre de spécialistes SEO ont été déstabilisés lorsque Google a annoncé la transformation de son outil, maintenant baptisé Planificateur de mots-clés.

Surtout, l’outil est devenu étroitement lié avec la plateforme de publicité Google AdWords, par exemple en exigeant l’utilisation d’un compte AdWords pour utiliser l’outil. Également, les résultats de recherches sont présentés par défaut sous format de groupe d’annonces, lesquels peuvent facilement être intégrés sous AdWords.  Pour une personne qui gère beaucoup de campagnes AdWords, ces changements sont utiles, cependant en même temps je comprends que les spécialistes utilisant l’outil uniquement pour le SEO sont déçus de cette mise à jour.

Notons tout de même des nouvelles options intéressantes du planificateur de mots-clés, par exemple les indices de mots-clés affichés directement en mode exact, alors que la précédente affichait les termes en mode large, un résultat qui était loin d’être fiable.  Également, on apprécie la possibilité d’obtenir des estimations de trafic selon une ville/province précise, ce qui est très pratique dans le cas où nous avons une campagne locale à préparer.

Ce qu’on en retient pour 2014

Bien sûr, l’outil est là pour rester, et les spécialistes SEO/SEM devront s’y faire et apprendre à amadouer le planificateur de mots-clés. Personnellement je peux dire que je préfère la nouvelle version encore plus que la précédente, et de toute façon, les options alternatives sont plutôt rares sur le marché, ou ne possèdent pas toute la profondeur des données recueillies par Google.

Articles sur le sujet :

#4 – Google tire à bout portant sur les stratégies de liens entrants

Nous sommes habitués aux avertissements presque quotidiens de Google, dans le genre de « faites ceci, ne faites pas cela.. », et les spécialistes SEO ont appris au fil des années à naviguer avec aisance entre ces diverses mises en garde, tout en prenant compte des recommandions de Google.

En 2013, Google a tiré à boulets rouges sur tout ce qui se rapproche aux stratégies de liens entrants. Les communiqués de presse, les infographies, les articles de Guest posting ainsi que les widgets ont tous à tour de rôle fait l’objet d’un avertissement par Google, sous peine d’une forte réprimande si un site est surpris en train d’abuser d’une de ces tactiques.

Le plus ironique, est que Google ne suit même pas ses propres conseils. En effet, même si le géant californien demande aux développeurs de ne pas inclure de liens entrants dans les widgets/applications développés en ligne, il est révélé que Google emploi des tactiques de liens entrants pour au moins deux de ses widgets en ligne, soit Google Maps et Google Checkout. Un autre très bel exemple de Google qui contourne ses propres règles lorsque cela lui est profitable.

Malheureusement, on constate que les nombreuses missives de Google ont découragé plusieurs des gestionnaires en ligne, étant soient devenu paranoïaque en pensant qu’un lien acquis dans le passé pourrait revenir les hanter, ou encore complètement mélangés face aux avertissements en se demandant quelles sont les stratégies sécuritaires à utiliser.

Ce qu’on en retient pour 2014

À mon sens, cette obsession de Google de continuellement tenter de rabaisser les stratégies de liens entrants prouve exactement le sens inverse de la question : si Google place autant d’efforts à faire peur aux webmestres, cela démontre que les liens entrants possèdent encore leur place au sein de l’algorithme, et que ceux-ci fonctionnent toujours, ce que Google n’avouerait jamais publiquement.

Donc, vous pouvez toujours employer ces tactiques, tout en faisant preuve de prudence en mixant vos stratégies et en veillant à ne pas laisser de traces évidentes. En 2014, les liens entrants auront toujours leur importance, cependant le mot d’ordre demeure la prudence à tout moment.

Articles sur le sujet :

#3 – Google+ : Eldorado du SEO ?

Il est connu depuis plusieurs années que les médias sociaux peuvent jouer un rôle de premier plan au sein des stratégies SEO, par exemple pour véhiculer un article sur Twitter ou encore obtenir des partages sur Facebook, des facteurs très probablement pris en compte dans les algorithmes des moteurs de recherche. On peut maintenant ajouter Google+ dans la discussion, du moins si nous décidons de croire les nombreuses études parues en 2013 vantant tout un chacun les vertus de Google+ pour accroître la visibilité naturelle d’une page partagée sur la communauté de Google.

Que ce soit les +1, les bénéfices directs de Google AuthorShip ou encore le fait que Google intègre de plus en plus de résultats provenant de sa communauté à même ses résultats de recherche, on en vient rapidement à la conclusion que nous devons presque obligatoirement intégrer Google+ à nos stratégies, sous peine d’être désavantagés face aux entreprises qui elles, prendront le temps d’y établir une présence.

Le pire est que personnellement, dans 70% des campagnes où j’aurai utilisé la plateforme Google+ pour promouvoir une entreprise, le classement organique du site en question s’est indiscutablement amélioré par la suite. C’est possiblement juste moi, cependant lorsque j’en parle avec des collègues j’ai l’impression que je suis loin d’être le seul ayant remarqué ce potentiel. Encore une fois, cela est également peut être dû au fait que relativement peu d’entreprises utilisent activement Google+, donc une raison de plus pour vous dépêcher à y établir une présence avant vos concurrents.

Ce qu’on en retient pour 2014

Google est prêt à tout pour promouvoir sa communauté, qui peine à suivre le rythme de ses concurrents Twitter et Facebook, du moins au niveau du nombre d’utilisateurs actifs. Est-ce que cela inclut des avantages SEO pour les entreprises actives sur la communauté ? Google ne le confirmera évidemment pas, cependant il est fortement conseillé en 2014 d’intégrer Google+ à vos stratégies SEO, au minimum d’appliquer les principes élémentaires tels que la création d’une page et une interaction de base en ajoutant quelques utilisateurs à des cercles.

Articles sur le sujet :

#2 – Le Not Provided à 100%

L’une des nouvelles les plus tristes des dernières années dans l’industrie SEO est sans contredit la lente disparition des données de mots-clés naturels devenus des « not provided » dans les outils analytiques. Véritable fer de lance des consultants SEO désireux de savoir sous quelles phrases les visiteurs accèdent à leurs sites, la disparition des données de mots-clés vient considérément compliquer ainsi le travail de chaque webmestre et spécialiste SEO chargé de l’analyse d’un site.

Bien sûr, de nombreux articles ont été écrits à ce sujet, et des idées créatives pour contrer les données perdues ont été partagées par plusieurs d’entre nous, ce qui peint de façon fort positive le sentiment d’entraide prévalant au sein de l’industrie SEO. Cependant malgré toute cette belle volonté, aucune des solutions n’est entièrement efficace, et nous devrons nous plier devant la réalité : bientôt 100% des mots-clés naturels seront dorénavant cachés dans le « not provided », et les mots-clés feront partie du passé.

Ce qu’on en retient pour 2014

Les mots-clés naturels sont maintenant chose du passé, et les gestionnaires en ligne doivent ajuster leur stratégie dès maintenant. Même si les alternatives ne sont pas parfaites, on peut tout de même récupérer un certain nombre d’insights en utilisant Google Webmaster Tools, ou encore en analysant les contenus populaires de votre site auprès des visiteurs en provenance des moteurs de recherche.

Oui, cette situation est très dommage, par contre la bonne nouvelle est que la disparition des mots-clés nous forcera à amener un peu plus loin notre réflexion stratégique, et par le fait même développer nos habilités analytiques.

Articles sur le sujet :

#1 – Le Hummingbird

À mon avis, la nouvelle #1 de l’année 2013 en SEO est sans équivoque l’arrivée du nouvel algorithme de Google, le Hummingbird. Contrairement aux Panda et Pingouin, qui sont principalement des mises à jour, le Hummingbird quant à lui représente un tout nouvel algorithme basé sur le sujet fascinant qu’est la recherche sémantique.

Même si le Hummgbird est en place depuis presque 9 mois déjà, son fonctionnement demeure toujours à éclaircir (du moins pour les spécialistes SEO). On comprend cependant que ce nouvel algorithme a pour objectif de mieux comprendre l’intention du chercheur sous Google, selon le contexte de la recherche. On tente ainsi de fournir des résultats ultra-précis à la requête de l’utilisateur du moteur de recherche, en lui présentant par exemple des réponses directement dans les résultats de recherche, à la manière du Knowledge Graph.

Un des points importants à retenir est la supposition que le Hummingbird, tout comme le Knowledge Graph, se base sur les rich snippets, soit les données enrichies, pour construire sa base de connaissances. On pense ici aux recettes, résultats sportifs, critiques de restaurants et autres. Google AuthorShip pourrait également être appelé à jouer un rôle important au sein de cet algorithme, alors que le Hummingbird est en quête d’informations dont la véracité et qualité auront été validée.

Ce qu’on en retient pour 2014

Il sera très intéressant de suivre la progression de l’algorithme du Hummingbird en 2014, précisément si on commencera à voir apparaître de plus en plus de réponses immédiates dans les résultats de recherche, pour une plus grande variété de requêtes.  Le spécialiste SEO désirant prendre l’avance sur ses concurrents devrait explorer les nombreuses possibilités offertes par les rich snippets, qui demeurent encore à ce jour très sous-utilisés.

On gardera également à l’œil le Google AuthorShip et son influence sur l’algorithme du Hummingbird. Dans tous les cas, il s’agira de l’un des sujets les plus passionnants à suivre durant la prochaine année.

Articles sur le sujet :

En terminant, je désire remercier vous lecteurs de ce blogue pour vos visites répétées durant cette année riche en nouvelles, et j’espère très sincèrement que le contenu vous aura plut, et surtout, vous aidera à connaître le succès durant la prochaine année :-)

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...