Le SEO est sans contredit l’une des industries qui évoluent le plus rapidement tous métiers confondus, en partie à cause du caractère hyperactif de l’internet et de ses communautés, sans oublier les mises à jour incessantes de Google qui changent constamment les règles du jeu.

Cet environnement continuellement instable fait en sorte qu’il est difficile d’être un bon SEO. En effet, pour avoir du succès en ligne, le professionnel en SEO doit non seulement développer les bons réflexes et connaissances pour survivre dans cette industrie, mais également adopter un jugement critique face à ce qu’on peut lire sur les nombreux blogues couvrant l’industrie, incluant ceux de Google.

Dans ma carrière,  j’ai eu l’opportunité de côtoyer plusieurs consultants SEO/Marketing web desquels j’ai beaucoup appris, autant au niveau des habilités et connaissances que de la mentalité à adopter. Je leur en dois beaucoup, et c’est un peu la raison d’être de ce blogue, qui me permet en retour de redonner à la communauté en partageant mes connaissances.

L’article d’aujourd’hui vise donc à partager 5 conseils tirés de mon expérience à titre de consultant SEO, qui j’espère pourront vous être utiles pour développer vos propres réflexes.

Conseil #1 – Surveillez les autres sites du top 10

L’une des meilleures façons de développer ses connaissances en SEO est de suivre de près l’évolution d’un top 10 de résultats organiques pour un mot-clé donné, afin de suivre les tendances, regarder quels sont les sites dominant les premières positions, et voir qui grimpent des échelons ou encore qui en perd.

Souvent, nous avons la fâcheuse manie d’uniquement suivre la performance de notre site, par exemple une position organique que nous visons, et d’ainsi manquer l’ensemble du portrait, soit ce que font les autres sites qui nous surclassent. À force de continuellement avoir le nez collé sur l’arbre, on peut ainsi ne pas voir la forêt.

Je conseille donc d’utiliser un logiciel de classements de mots-clés (ex. Advanced Web Ranking ou Web CEO) qui vous permet de suivre les sites figurant au top 10 pour une recherche de mots-clés. Personnellement, j’utilise Advanced Web Ranking, que j’utilise tous les jours pour suivre quels sont les sites qui bougent au sein du top 10.

Par exemple, voici un tableau démontrant les sites figurant dans les 10 premiers résultats pour un mot-clé important :

Deux sites attirent mon attention, soit ceux aux positions #2 et #5, car ils ont bondi dans les résultats entre les deux occasions où j’ai utilisé mon logiciel de classement. Je peux donc plonger en profondeur dans l’étude de ces deux sites, et tenter de découvrir quelles sont les raisons derrière ces bonds prodigieux. Nouveaux contenus ? Participation accrue sur les médias sociaux ? Liens entrants de qualité récemment obtenus ?

En suivant ainsi de près les sites qui font des bons coups au sein des industries qui vous intéressent, non seulement vous devenez un meilleur SEO en identifiant les raisons derrière leur performance, mais aussi vous développez votre connaissance de l’algorithme de Google.

Conseil #2 – Gardez un journal de vos actions

Nous savons que dorénavant, pour éprouver du succès en SEO, il faut maîtriser une série d’éléments autant inter reliés que différents à la base. Un top 10 n’est plus le résultat d’un contenu parfaitement optimisé et de quelques liens entrants de qualité : dans certaines industries il faut savoir développer un brand de qualité, qui peut inclure de la publicité en ligne, des relations publiques, des contenus interactifs, de la gestion de communautés, des infolettres, etc.

Devant la multitude des éléments qui peuvent ainsi influencer le référencement d’un site, il peut être normal de simplement effectuer une série d’actions souvent désordonnées, et voir ce qui « colle » et semble fonctionner.  Malheureusement lorsque c’est le cas, on a de la difficulté à mettre le doigt sur les éléments qui font la différence.

Voilà pourquoi je recommande de garder un journal des actions que vous effectuez, afin de pouvoir ainsi mesurer leur effet sur la performance de votre site. On ne parle pas ici de faire du micro-management, mais plutôt de prendre note des principales initiatives mises en place, et ainsi voir si elles influencent la visibilité organique de votre site.

Google Analytics possède une fonctionnalité très intéressante à ce niveau, soit les annotations, qui permettent de noter dans le temps un élément précis :

Ainsi, on peut donc savoir non seulement ce que nous avons fait dans le passé, mais également avoir un point de référence si on désire analyser une répercussion, tel un peek (ou une chute!) de trafic.

Sinon, il est encore possible d’avoir du succès si on ne prend pas de note, mais seulement il peut être difficile de savoir exactement l’élément responsable de celui-ci  8-)

Conseil #3– Assurez que le SEO contribue à l’atteinte de vos objectifs

Simplement dit, votre client ou votre patron va se foutre du fait que votre site est en première position pour un mot-clé précis. Tout ce qui comptera à ses yeux est l’atteinte des objectifs de votre site. En effet, le SEO est purement inutile si les actions stratégiques posées au niveau de votre campagne de référencement n’influencent pas positivement les objectifs fixés pour votre site web.

Un réflexe essentiel pour développer une carrière prospère en SEO, que ce soit à votre compte, en agence, ou encore pour votre entreprise, est donc d’assurer de garder un focus constant sur les objectifs du mandat, et que vos stratégies SEO contribuent à l’atteinte de ceux-ci. On parle ici d’assurer que le trafic naturel que vos actions génèrent possède un taux de conversion intéressant, quel que soit l’objectif visé, que ce soit la vente en ligne, la génération de lead ou la notoriété d’entreprise.

En premier lieu, il est important de toujours clarifier les attentes de votre client/patron lors du début de chaque campagne. Par la suite, on prend le temps d’analyser comment le SEO pourra contribuer au succès global de la campagne. Si lors de la mesure on se rend compte que le SEO n’a pas autant de succès que les autres stratégies de marketing web déployées, il est ensuite notre responsabilité de prioriser les canaux d’acquisition de trafic présentant la meilleure rentabilité.

Si vous désirez être connu comme un bon SEO, assurez-vous de continuellement veiller à l’atteinte des objectifs de vos clients, que le SEO soit la seule tactique ou en combinaison avec d’autres canaux. Votre client et/ou patron vous en seront reconnaissant, et n’hésiteront pas à vous donner des opportunités additionnelles.

Conseil #4 – Suivez les faits et gestes de Google – Mais demeurez sceptique

Google est souvent identifié comme l’ennemi #1 des SEO, principalement à cause des actions punitives (souvent méritées) contre les spécialistes utilisant des tactiques agressives, ainsi que la disparition progressive des listings organiques dans les résultats de recherche.

Par contre, malgré tous ces ressentiments entre les deux camps, il faut admettre que Google peut souvent être une source d’information très privilégiée, alors que les changements d’algorithmes sont souvent annoncés en public, ainsi que la panoplie d’outils et de fonctionnalités régulièrement mis en ligne pour faciliter notre travail de marketing web.  Les récentes additions à Google Webmaster Tools et les messages d’avertissements, les rich snippets ainsi que l’outil pour bâtir des infographies dynamiques ne sont que quelques exemples des nouveautés mises en ligne par Google qui peuvent aider les webmestres à analyser dans un premier temps la performance de leur site, ainsi que par la suite prendre les actions qui s’imposent pour s’améliorer.

Également, il peut être très utile de suivre les annonces de Google et particulièrement celles de son directeur antispam Matt Cutts,  afin de non seulement savoir ce qui est nouveau dans le terrain de jeu de Google, mais surtout, de pouvoir lire entre les lignes et apprendre des leçons en se basant sur ce qui n’est pas dit.

Par exemple, dans la récente croisade de Google contre les stratégies de liens, le lecteur critique aura compris que si Google déploie autant d’énergie à dissuader les spécialistes d’acquérir des liens entrants, c’est ce que ceux-ci ont encore une grande importance sur l’algorithme, et que Google arrive difficilement à les contrôler. Également, on comprend facilement qu’avec tous les efforts investis par Google pour promouvoir sa plateforme Google+, il ne serait pas une mauvaise idée d’aller y créer une page pour son entreprise, et possiblement retirer des points bonus au niveau du référencement.

Comme je mentionne, il ne faut pas prendre toutes les annonces de Google comme la vérité absolue. L’entreprise californienne est l’une des meilleures de tous les temps au niveau des relations publiques, donc il est très important d’affiler son sens critique lorsqu’on prend connaissance des dernières annonces.  Par contre, seulement pour connaître les dernières nouveautés en termes d’outils en ligne et de changements à l’algorithme, ainsi que pour tenter de déchiffrer entre les lignes, je vous recommande fortement de suivre au minimum les blogues suivants de Google, ainsi que les annonces de Matt Cutts :

Pour suivre Matt Cutts en ligne :

Conseil #5 – Testez vos idées sur vos propres sites – et non sur ceux des clients!

En 5e position; ce conseil est probablement celui qui m’a le plus aidé dans mon apprentissage en SEO. Il faut le réaliser, peu de gens savent sur cette terre comment fonctionne précisément l’algorithme de Google, et les chances sont minces que vous et moi pourrons un jour en déceler la recette exacte. Nous avons une idée approximative des éléments les plus importants, mais impossible de lister en ordre précis les éléments qui constituent l’ADN du moteur de recherche, et leur degré d’importance.

Voilà pourquoi je recommande fortement de prendre le temps de développer quelques sites personnels, et les utiliser comme des laboratoires en temps réel afin de tester vos théories sur le SEO.  Cela vous évite ainsi de risquer les sites de vos clients ou celui de votre entreprise en déployant une stratégie dont vous n’êtes pas certain du rendement.

Démarrer un site personnel est très facile, alors qu’un nom de domaine ne coûte que quelques dollars/euros, et des tonnes de gabarits sont disponibles en ligne. Certains sites comme Flippa vous proposent même des sites entièrement construits à peu de frais.

Des idées à tester sur un site perso avant de le faire pour ses clients : le sculptage « no follow », les hacks de Google Analytics pour améliorer son taux de rebond, générer des masses de liens entrants sur des sites de favoris 2.0… bref toutes des idées comportant un certain degré de risque qui seront amusantes et enrichissantes à tester, mais sans risquer le positionnement de votre client.

Bien sûr, avoir un parc de sites web vous demandera de l’effort en gestion, création de contenus et marketing en ligne, cependant si vous désirez réellement améliorer vos connaissances SEO, il s’agira du moyen idéal pour tester vos théories et tirer des leçons sur ce qui fonctionne.

En terminant

En espérant que ces conseils vous aideront à développer vos aptitudes SEO, et conséquemment obtenir des meilleurs succès dans vos campagnes en ligne. N’oubliez pas, le conseil le plus important est de continuellement tester et mesurer, pour continuellement d’améliorer ses connaissances.

Bonnes chances dans vos stratégies SEO :-)

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...