Vendredi dernier, j’ai eu l’honneur de participer à titre de conférencier au SEO Camp 2013 de Montréal, un évènement d’une journée entièrement consacrée à l’industrie SEO.

Avec ma chère collègue Dorianne, notre présentation a porté sur l’importance d’assurer une synergie optimale entre le spécialiste SEO et le rédacteur(ice) de contenu au sein de votre organisation.

Voici la présentation en question :

Il est à noter que des photos et vidéos de la conférence suivront sous peu, et dès que disponibles seront ajoutés à ce billet.

Les principaux sujets de ma conférence ont été l’influence des mises à jour du Panda et du Pingouin sur les stratégies de contenus SEO en 2013. Cependant, faute de temps, je n’ai malheureusement pas pu entrer dans les détails autant que je l’aurais voulu, et plusieurs participants du SEO Camp sont venus me poser plusieurs questions après ma conférence.

Voici donc quelques-uns des commentaires partagés en coulisse que j’aurai aimé partager lors de ma présentation, et que j’ajoute dans cet article en guise de complément. :-)

L’influence de la mise à jour du Panda

Nous savons déjà que le Panda pénalise les sites au contenu de basse qualité, mais il faut savoir que les sites au contenu léger peuvent également devenir des cibles. On pense ici particulièrement aux sites e-commerce possédant des pages produit avec des descriptions faibles en contenu, faute d’informations unique au niveau des produits disponibles. Il faut donc assurer que toutes vos pages ont leur propre valeur unique, et se différencie des autres pages de votre site et même de celles de vos concurrents.

Comme je le mentionnais, je suis probablement parano, cependant j’ai la conviction que Google mesure chaque clic sur ses résultats de recherche, et analyse si le chercheur demeure longtemps sur un site, ou si sa visite se limite à une seule page. De plus, Google peut facilement et sans gêne puiser dans Google Analytics pour confirmer ses soupçons à l’égard d’un site qui peine à garder ses visiteurs en provenance des résultats de recherche.

Bref, si un résultat génère des statistiques négatives au niveau du temps passé sur un site et/ou du taux de rebond, Google sera assurément tenté de diminuer la visibilité organique de la page en question. Cela n’est qu’une supposition, mais la mise à jour du Panda pourrait s’intéresser de près aux sites dont le taux de rebond global est élevé, et lorsque combiné à d’autres facteurs, tomber victime de la mise à jour.

L’interaction devient donc un excellent remède pour contrer le Panda. Si vos visiteurs interagissent avec votre contenu, soit en cliquant des liens internes, en laissant des commentaires et en générant plusieurs pages vues par visite, vous prouvez à Google que votre contenu intéresse vos visiteurs, donc a une raison d’être.

Résumé des bonnes pratiques en stratégies de contenus pour contrer le Panda :

  • Chaque page d’un site doit être unique, riche et avoir sa propre raison d’être.
  • Suivez votre taux de rebond comme un indicateur de performance, surtout au niveau des pages de destination en provenance des moteurs de recherche.

  • Visez l’engagement de vos lecteurs avec votre contenu et votre site : dirigez le visiteur vers des pages secondaires du site, sollicitez des commentaires sur le contenu et son partage sur les communautés.

L’influence de la mise à jour du Pingouin

Maintenant au sujet de la mise à jour du Pingouin, il faut savoir que celle-ci vise les sites ayant utilisé des stratégies de liens entrants contrevenant aux règles de Google. Celles-ci étant particulièrement nombreuses, il devient difficile de savoir sur quel pied danser, et récolter suffisamment de liens de qualité pour espérer se classer en ligne, tout en n’attirant pas l’attention de Google.

Parmi les tactiques décommandées et pouvant être risquées :

  • Le marketing par article soit la soumission de contenu à des fermes d’articles généralistes.

  • La soumission de vos articles à des sites de bookmarks 2.0 qui ne sont utilisés par personne.

  • Laisser des commentaires sur des blogues uniquement pour gagner un lien, et non dans le désir de contribuer à la conversation.

Et finalement une tactique d’actualité, soit la publication de communiqués de presse avec une nouvelle possédant peu d’intérêt, et uniquement pour les 2-3 liens entrants figurant dans le communiqué.

Le piège #1 mit en place par le Pingouin : un profil de liens entrants dont la majorité des ancres de liens sont optimisées avec des mots-clés agressifs. Vous devez donc assurer qu’un très fort pourcentage de vos ancres (jusqu’à 80%) soit naturel, par exemple avec le nom de votre entreprise, si possible sous plusieurs variations.La mise à jour du Pingouin nous force également à réfléchir au « contenant », soit la page hébergeant le contenu à l’intérieur de laquelle un lien pointe vers votre site. Celle-ci doit avoir une forte pertinence thématique avec votre site, pour ainsi éviter tout soupçon de manipulation.

Finalement, pensez durabilité : un lien durable est un lien qui conserve sa pertinence au fil des temps, et qui possède une réelle valeur, d’importance égale pour les deux sites liés par l’hyperlien. Un lien durable vous apportera un trafic de qualité, en plus de son bénéfice SEO.

Les bonnes pratiques en stratégies de contenus pour contrer le Pingouin :

Au niveau des stratégies ayant encore leur efficacité dans une ère Pingouin, j’inclus :

  • Le guest posting sur des blogues préalablement filtrés pour leur pertinence thématique.

  • La création d’infographie de qualité.

  • La publicité « créative », soit la commandite/échange de liens/contenus avec des sites complémentaires. Il s’agit d’ailleurs des principales stratégies de liens que j’utilise pour le compte de mes clients chez Absolunet.

    En terminant, merci au comité d’organisation, soit Marie-Nathalie Poirier, Samuel Lavoie, Mathieu Chartier, Marc Chapdelaine, et bravo pour un évènement riche en partage de connaissances.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...